La Parenthèse Étoilée : Le ciel d’août 2022

Au programme de ce premier épisode de La Parenthèse Étoilée, balade lunaire, l’agenda du mois et le focus zodiacal !

LIENS

Atlas Virtuel de Lune : https://www.ap-i.net/avl/fr/start
Scientific Visualization Studio de la NASA : https://svs.gsfc.nasa.gov/
Nuits des Étoiles : https://www.afastronomie.fr/les-nuits-des-etoiles

Bonjour et bienvenue dans ce 1er épisode de la parenthèse étoilée présentée par Alain JUPIN,

En dehors des célèbres étoiles filantes, qu’y a-t-il de beau dans le ciel du mois d’août ?
C’est ce que nous allons découvrir à travers les éphémérides, puis nous ferons un focus sur l’une des constellations du zodiaque, le Sagittaire.

Tout d’abord je voudrais remercier toutes celles et ceux qui ont écouté mon premier essai il y a 3 semaines de cela.
Pour ce nouveau podcast, j’ai donc tenté de tenir compte de tous vos retours.
Vous l’aurez compris, j’ai enfin trouvé un nom à mes podcasts : La Parenthèse Étoilée.

BALADE LUNAIRE

Commençons ces éphémérides aoûtiennes avec une balade lunaire, en effet en pas tout à fait un mois (29 jours 12 heures 44 minutes et 3 secondes exactement), la Lune retrouve une même phase, un astre idéal donc pour voyager à travers le ciel de mois en mois.

Le 4 août, vers 22/23H, idéalement avec un petit télescope pour ceux qui en dispose observer le X lunaire, un phénomène ponctuel, observable un peu au-delà du terminateur une vingtaine d’heures avant le premier quartier pendant environ 4 heures.

X lunaire photographié par George Kristiansen

Le lendemain, pour le premier quartier, je vous propose de laisser vagabonder vos jumelles ou petit télescopes sur trois cratères situés un peu à l’est du terminateur – la ligne délimitant la partie éclairée de la partie non éclairée – et un peu en dessous du centre de Lune. Il s’agit de Ptolémée, le plus large des 3 avec 154km de diamètre, Alphonse juste en dessous avec ses 118km de diamètre et enfin Arzachel le plus petit avec ses 97km de diamètre.

Capture écran d’Atlas Virtuel de la Lune

Le 7 août au nord du terminateur et au nord-ouest de la mer des Pluies, observer l’arc lumineux du Golfe des Iris.

Le 12 août, pour la maximum des perséides, la Lune sera pleine, seulement 6 jours 14 heures et 29 minutes après le premier quartier, contre en moyenne 7 jours 9 heures et 11 minutes.

À noter que cette pleine lune aoûtienne est surnommée la pleine lune des esturgeons, ou encore des grains ou enfin du maïs vert.

C’est aussi le début d’une longue rencontre avec les planètes à commencer par la majestueuse Saturne, toujours en rétrogradation dans la constellation du Capricorne. Phénomène à observer en deuxième partie de nuit.

Au milieu du mois, le 15 la Lune croise alors la plus imposante des planètes du système solaire, Jupiter, qui ne pourra rivaliser avec le puissant éclat de la lune gibbeuse décroissante.

Le 18, en pleine journée, donc inobservable, la Lune flirtera avec la planète Uranus, mais ne vous y méprenez pas, aucun risque de collision, la Lune sera à seulement 393 500 km alors qu’Uranus voyage à presque3 milliards de kilomètres de nous.

Mais la nuit suivante, du 18 au 19, vers 2H du matin la Lune sera intercalée entre Mars et Uranus, a égale distance visuelle des deux planètes. Si réparer la pleine rouge et le dernier quartier est parfaitement faisable à l’œil nu, il vous faudra une paire de jumelle pour distinguer la pale lueur turquoise uranienne

Les 25 et 26 août à l’aube, vers 6H du matin, une heure avant le lever du Soleil, vous pourrez observer le lever de Vénus accompagné du mince croissant lunaire.

Pour ceux qui souhaitent avoir des éphémérides plus détaillées de la Lune, suivre son aspect au jour le jour avec une multitude d’autres informations, je vous recommande l’excellent logiciel Atlas Virtuel de Lune (https://www.ap-i.net/avl/fr/start) édité par Patrick CHEVALLEY et Christian LEGRAND.
Vous pouvez aussi consulter le Scientific Visualization Studio de la NASA (https://svs.gsfc.nasa.gov/).

L’AGENDA DU MOIS

Pendant tout ce mois d’août, de Cassiopée au Scorpion, admirez la Voie Lactée suspendue au zénith par la constellation du Cygne. A l’aube le grandiose bandeau galactique traverse la voûte céleste d’Est en Ouest. En milieu de nuit, le centre galactique, accompagné des constellations de Scorpion et du Sagittaire sont idéalement placés pour photographier les « piliers » galactiques.

Les piliers galactiques photographiée par Alain JUPIN

Dans la nuit du 1er au 2 août à partir 2H du matin, profitez de la planète Mars et d’une paire de jumelles pour repérer la planète Uranus, clairement distinguable comme une grosse étoile à la couleur bleue-turquoise. Dans un petit télescope, il vous faudra opter pour le plus petit grossissement, idéalement inférieur à 40x pour observer les deux planètes simultanément.

Du 1er au 3, comme chaque année, vers 21h12, le Soleil se couchera en passant au centre de l’Arc de Triomphe. Un joli tableau astronomique urbain. Par contre, je rappelle qu’observer le Soleil sans précautions, surtout au travers d’instruments optiques est à proscrire totalement. Un spectacle à observer à l’œil, sans fixer le Soleil trop longuement pour autant.

Coucher de soleil le 1er août 2013 au centre de l’Arc de Triomphe (Paris).

Le 9 août, les ombres de Io et Ganymède seront visibles simultanément sur le disque jovien, de 3h27 à 4h57. A 4h36, Io entamera son passage devant la planète avant qu’à 5h38 Ganymède lui emboîte le pas.

10 minute plus tard Io réapparaîtra de l’autre côté du disque jovien. Une bien jolie manière de comprendre par l’observation le ballet des astres médicéens tels que les avait nommés Galilée.

Le 10 août, le plus éloigné des satellites de Jupiter, Callisto, passera pour la dernière fois dans l’ombre de Jupiter. En effet c’est la seule des quatre lunes galiléennes, du fait de sa distance et de son inclinaison orbitale à ne pas être systématiquement éclipsée par l’ombre de Jupiter. La prochaine série d’éclipses de Callisto reprendra de mai 2025 à juin 2028. Phénomène très partiellement observable en Europe, mais totalement visible à l’île de La Réunion par exemple. Quelques heures plus tard, à 7H en temps universel, Callisto frôlera le pôle nord de Jupiter.

Nous y sommes, oui c’est la pleine Lune, enfin quasiment, c’est surtout LE rendez-vous étoilé le plus connu du grand public, la fameuse pluie d’étoiles filantes des Perséides.

Bien que l’on puisse s’attendre à près d’une centaine d’étoiles filantes par heure (ce que l’on nomme le taux zénithal horaire), la quasi pleine Lune ne permettra d’observer que les plus brillantes.

Les Perséides sont des météores très rapides (environ 60 km/s) laissant des traînées longues et brillantes. Il n’est pas impossible de voir des bolides, très brillants, pouvant se briser en plusieurs morceaux avec une traînée persistant plusieurs secondes dans le firmament.

Il faudra les observer en fixant la région de Cassiopée repérable à sa forme de W proche de l’horizon Nord-Est dans le ciel.

Qui a dit qu’observer les astres se faisait uniquement de nuit ?

En effet, l’étoile la plus proche de nous, le Soleil, est observable exclusivement de jour. En cette journée du 15 août, je vous propose d’observer la lune gibbeuse décroissante avec une paire de jumelles et peut-être distinguerez vous le point brillant de la planète Jupiter, l’une des planètes avec Vénus à être observable de jour quand on sait où regarder. La proximité de la Lune nous facilite ainsi grandement la tâche.

Pour les astrophotographes, confirmés ou en herbe, le 20 août, la comète C/2022 E3 ZTF est à moins de 2,5° de l’amas globulaire d’Hercules, M13. Ce sera clairement accessible dans un petit téléobjectif, de 200 à 300mm de focale. Par contre à ses focales-là, le suivi grâce à une monture équatoriale est obligatoire.

Vers 5h heures du matin le 25, les quatre satellites galiléens sont alignés à l’Ouest du disque jovien dans leur ordre naturel : à savoir Io, Europe, Ganymède et Callisto.

Enfin pour terminer cette rubrique des balades céleste, le 26 août je vous propose à partir de 6h du matin d’observer le très vieux croissant lunaire. À peine plus d’un pourcent de la Lune sera éclairée par notre étoile le Soleil, accompagné à sa droite par le puissant éclat de Vénus

VISIBILITÉ DES PLANÈTES

Terminons ces éphémérides avec la visibilité des planètes dans le ciel.

Commençons par le Soleil qui entame le mois dans la constellation du Cancer, jusqu’au 11 août à minuit 14 ou il entrera dans la constellation du Lion. Pour les astrologues, il est en Lion jusqu’au 23 août à 3h16 ou il entrera dans le signe de la Vierge.

Quant à Mercure, bien qu’atteignant le 27 août sa plus grande élongation Est à un peu plus de 27° du Soleil, l’inclinaison de l’écliptique à cette période de l’année la rend inobservable en pratique, car plaquée sur l’horizon. En revanche, sous les tropiques l’écliptique est perpendiculaire à l’horizon, en faisant la meilleure période de l’année pour son observation.

L’étoile ou plutôt planète du Berger devrais-je dire, commence le mois en glissant sous les brillantes étoiles de Castor et Pollux dans les Gémeaux, elle transitera dans le Cancer du 10 au 26 août pour finir le mois dans le Lion. Elle se lève deux heures avant le Soleil en début de mois et une heure seulement en fin de mois, ou vous pourrez le 26 l’admirez avec le vieux croissant lunaire.

Mars qui débute le mois dans le Bélier avant d’entrer pour le reste du mois dans le Taureau le 9 août. Elle se lève environ 6H avant le lever du Soleil, en devenant chaque jour un peu plus brillante. Sous les tropiques, les conditions d’observations de la planète rouge sont idéales.

La plus grosse planète du système Solaire, Jupiter, sera tout le mois durant dans la constellation de la Baleine pour les astronomes et dans le signe du Bélier pour les astrologues.

Saturne : En opposition le 14, c’est-à-dire à l’opposé du Soleil depuis la Terre, elle sera visible toute la nuit alors qu’elle sera distante d’1 milliard 325 millions de km, c’est-à-dire 73 minute-lumière. Ces anneaux inclinés d’environ 14° par rapport au point de vue terrestre sont distinguables avec une paire de jumelles et une bonne vue, mais un télescope sera nécessaire pour être subjugué par sa majesté. Peut-être arriverez vous aussi à voir quelques-un de ses 82 satellites, notamment Titan. Elle sera tout le mois dans la constellation du Capricorne.

Uranus : La jolie planète turquoise ne quittera pas la constellation du Bélier, et entamera sa rétrogradation le 24 août, elle se trouvera donc chaque jour un peu plus vers l’Ouest, mais cela sera difficilement perceptible compte tenu de la lenteur de son déplacement autour du Soleil (il lui faut 84 ans pour effectuer une orbite complète). Cette planète n’est pas observable à l’œil nu, une paire de jumelles permet déjà de l’observer mais plus le télescope sera gros, mieux se sera pour la grossir et l’observer.

Neptune, la plus lointaine des planètes du système solaire, fera son bonhomme de chemin dans les Poissons avant d’entrer dans le Verseau le 18 août. Pour son observation, un télescope sera nécessaire, plus grand sera le diamètre, mieux se sera pour l’observer, à peine plus grosse qu’une étoile avec sa couleur bleutée.

FOCUS ZODIACAL

Pour ce premier épisode, nous nous focaliserons sur la constellation du Sagittaire. Elle est traversée par le Soleil du 18 décembre au 18 janvier. On la repère assez facilement grâce à sa forme de théière, dont la fumée qui s’échappe du bec verseur matérialise l’un des piliers galactiques. D’ailleurs le centre galactique de notre Voie Lactée se situe dans cette constellation.

C’est une constellation riche en étoiles brillantes, amas ou encore nébuleuses, c’est la constellation qui regroupe le plus d’objets du catalogue Messiers, 15 au total.

Si l’on en croit Pline l’Ancien, romain du premier siècle, le Sagittaire fut introduit dans le zodiaque par Cléosrate, un astronome grec du 5° siècle avant Jésus-Christ.

Dans la mythologie grecque, le Sagittaire représente probablement le centaure Pholos. Le centaure est une créature mi-homme mi-cheval, issu de Centauros et des juments de Magnésie, mais d’autres sources le donne issu d’Ixion (le père de Centauros) et de Néphélé (nuage dont Zeus donna l’apparence de sa femme Hera).

Le plus célèbre des centaures est Chiron, immortel et chargé de former les jeunes héros, qui donna son nom à la constellation du Centaure, la plus grande visible dans l’hémisphère austral.

NUIT DES ÉTOILES

Pour clôturer cet épisode, les traditionnelles nuits des étoiles, événement aux dates purement « administratives » se déroulent le premier week-end d’août, du vendredi 5 au dimanche 7 août, avec pour cette année, la thématique de l’exploration. Il s’agit de la 30e édition depuis 1991 inauguré au théâtre de la Pleine Lune et à l’observatoire d’Aniane dans l’Hérault.

De nombreux clubs, associations et observatoires ouvrent leurs portes partout en France, rendez-vous sur le site de l’AFA (https://www.afastronomie.fr/les-nuits-des-etoiles), l’Association Française d’Astronomie pour connaître les lieux ouverts près de chez vous.

CONCLUSION

N’hésitez pas comme pour le premier essai a me faire vos commentaires, indispensables pour adapter ce format à vos envies.

Je vous donne rendez-vous à la rentrée, pour le deuxième épisode et les éphémérides de septembre. D’ici-là je vous souhaite un bel été, de belles vacances pour ceux qui en prennent et je vous dis à bientôt.